La télévision est un puissant médium qui peut inciter à la solidarité et aider les plus démunis. Et c’est dès 1986, en voyant le téléthon aux États-Unis que Dorothée, s’en fait une conviction.

À la veille de Noël, elle décide donc avec son équipe de consacrer son émission et sa visibilité médiatique à récolter et faire re-distribuer des cadeaux aux enfants défavorisés français. L’objectif, ambitieux et forcément utopique : aucun enfant de France ne doit passer Noël sans cadeau.

La production va faire appel à la générosité des fabricants, éditeurs et distributeurs de jouets pour enfants et recueillir leurs dons pour les remettre aux organisations caritatives qui auront charge de les distribuer.


L’émission invite aussi les téléspectateurs à envoyer des messages de soutien aux “copains” défavorisés via le minitel, dont les bénéfices des connexions seront reversés à ces mêmes associations caritatives.

Suivant les années et les heures d’antenne qui lui seront accordées, ce Club Dorothée spécial proposera des séries et dessins animés ou des séquences de chansons de Noël interprétées par les vedettes d’AB Productions. Ces mêmes vedettes sont aussi présentes pour lire en plateau les meilleurs messages d’amitié envoyés via le minitel.


Enfin le programme se fera le relais de l'opération 10 millions d’étoiles, organisée par le Secours Catholique, qui avec la vente de bougies à 5 francs, permet de financer ses actions envers les plus démunis. Le but, poétique, étant que lorsqu’elles seront allumées et déposées aux fenêtres toutes au même moment, les bougies forment, vues du ciel, une constellation d’étoiles.

Si la démarche peut paraître démagogique, en réalité Dorothée faisait un point d’honneur d’aider au maximum les œuvres caritatives et c'est ce dont elle reste le plus fier dans sa carrière. In fine l’objectif sera atteint et des dizaines de milliers d’enfants défavorisés ont reçu au moins un cadeau pour Noël au cours des cinq opérations et les associations des fonds pour leurs actions. AB Productions participera d'ailleurs grandement à la collecte, puisque chaque année ils feront plus de 5000 dons via les sociétés AB Disques et SFC. Les animateurs apparaissent aussi, et c'est assez rare finalement, dans leur ton le plus adulte et le plus sobre. Impliqués et parfois même émus par les témoignages des ambassadeurs des associations, leur démarche n'en apparaît que plus sincère.


Mais avant de découvrir les détails de la mise en œuvre du Noël de l’Amitié, rappelons que dès 1987, le Club Dorothée a organisé une opération similaire, déclinée de celle qui était proposée les mercredis après-midi entre 1987 et 1989 : On pense à toi. L’émission partait à la rencontre d’enfants hospitalisés ou handicapés et témoignait de leur difficultés dans la vie, ainsi que de leurs espoirs. Entre 1987 et 1991, au cours du mois de décembre, dans une version spécial Noël (en partenariat avec Télé Poche) les animateurs aspireront à réunir de nombreux cadeaux et à les offrir aux enfants hospitalisés ou dans la détresse, avec un seul mot d'ordre, pas de misérabilisme.

L’opération se tient les mercredis 16 et 23 décembre et récolte pas moins de 32 400 cadeaux. Et pour cause, les donateurs “partenaires” de l'émission, c’est à dire les annonceurs fabricants ou éditeurs de produits pour la jeunesse ont la chance d’être cités, et leurs cadeaux filmés durant l’émission. Une publicité accompagnée d’une communication positive. Ces jeux, livres ou figurines offerts sont ensuite envoyés dans tous les hôpitaux de France, pour les enfants qui passent les fêtes hospitalisés.

On pense à toi spécial Noël prend plus d’ampleur en terme d’exposition, et chaque jour des vacances, à partir du 22 décembre, les animateurs présentent distinctement et à plusieurs reprises les dons lors de l’émission diffusée l’après-midi. Les responsables des centres hospitaliers sont invités à s’exprimer par téléphone, interrogés  par Dorothée, sur les enfants bénéficiaires. Certains des fabricants ou éditeurs sont aussi invités à venir témoigner de leur participation (Ban Dai, Dargaud etc…).

La législation sur la publicité à la télévision est assez floue sur le parrainage, et l'émission permet à plusieurs reprises la promotion de certains jouets et la citations de marques, qui participent donc volontiers. Résultat, lors cette opération de 1988 seront récoltés à nouveau environ 30 000 cadeaux, dont une partie sera également réservée pour les enfants d'Arménie, touchée quelques semaines plus tôt par un tremblement de terre.

 



L'accentuation de la régulation du parrainage à la télévision par la circulaire européenne Télévision sans frontières va peu à peu compromettre le succès de On pense à toi. Même si elle n'entrera en vigueur réellement que 2 ans plus tard, TF1 souhaite s'attirer le moins possible les foudres du CSA notamment lorsqu'il s'agit du Club Dorothée, souvent dans le collimateur. 10 000 enfants sont hospitalisés durant les fêtes de fin d'année cette année-là et c'est l'objectif de dons minimum que se fixe l'équipe.

Parallèlement, l'émission poursuit son action différemment, comme par exemple, en soutenant l’opération de La Poste “une carte postale pour la Guadeloupe” dont l’achat permettait de financer la reconstruction des écoles de l’île, ravagée par un cyclone quelques semaines plus tôt. Plus de 145 000 cartes seront vendues entre le 29 novembre et le 24 décembre 89.



Sans promotion des cadeaux offerts, la production ne réunit pas autant de dons. En effet la contrepartie "publicitaire" était aussi un des facteurs décisifs pour les fabricants. La réglementation sur le parrainage indique que celui-ci ne doit faire l'objet d'aucun argumentaire promotionnel, doit être ponctuel et ne doit pas reproduire visuellement le produit du parrain. En 1990, l’émission ambitionne de récupérer environ 12 000 jouets soit deux fois moins que lors des premières années. En 1991, 7000 objets seront recueillis.


Il faudra attendre 1992 pour voir naître une formule de cette action caritative de plus grande envergure, qui satisfera toutes les parties… Et la journée spéciale SOS Vaucluse, le 29 septembre 92, durant laquelle l'émission s’est mobilisée pour recueillir messages minitel et dons des téléspectateurs afin de venir en aide aux victimes des inondations de la région de Vaison-La-Romaine en sera déjà les prémices...

 

 

À quelques semaines de Noël, la production du Club Dorothée réfléchit donc à réitérer une opération de solidarité pour la période des fêtes.

La programmation du dessin animé Les Aventures de Christophe Colomb, co-produit par AB, est actée par TF1 pour le jeudi 24 décembre après le journal de 13h, seul, comme un téléfilm unitaire. L'équipe de Dorothée propose à la chaîne de faire sauter l’Agence tout risque, série diffusée entre Christophe Colomb et le Club Dorothée de l'après-midi prévu initialement à 16h15 et de faire “vivre l’antenne” avec un grand après-midi en direct. Reste à trouver comment y greffer l’opération de solidarité.

Dans un premier temps il est optionné de repartir sur une séquence On pense à toi, durant laquelle l'émission se rendrait dans les hôpitaux pour remettre les cadeaux offerts par les  fabricants de jouets dans la veine des années précédentes. Il est également évoqué d’imaginer une opération en extérieur (l’hippodrome de Vincennes est donné en exemple) dont l’aboutissement se tiendrait le 24 décembre avec Dorothée en invitée spéciale sur place.

A la mi-novembre, une autre direction est prise, le nouvel objectif serait de collecter les jouets pour tous les enfants de France qui sont dans le besoin, et d’organiser “le plus grand des arbres de Noël”.

Trois questions se posent alors : quels cadeaux récolter, à qui les remettre, et via quel réseau ? Afin de permettre la distribution, les hôpitaux, les orphelinats et les organisations telles que le Secours Populaire sont la première piste. Pour les cadeaux, la production ferait appel aux entreprises partenaires de l’émission et à tous les autres fabricants et éditeurs, qui accepteraient d’offrir des produits comme elle l’a déjà fait par le passé.

Autre décision prise au vu de l’avancement de l’opération, c’est toute la journée qui sera assurée en direct, l’émission du matin et de l’après-midi. Fin novembre 92, l’équipe prévoit de composer les émissions avec 4 éléments : On pense à toi avec des séquences ou reportages dans les hôpitaux et sur les enfants déshérités en France qui recevront les cadeaux, une opération minitel avec les messages d’amitié et les vœux pour 1993 dont l’argent des communications serait reversé à des associations, et une troisième phase avec les patrons des entreprises qui donnent le nombre de jouets offerts et les représentants des associations. Enfin, il s’agirait de terminer avec un focus sur l’opération 10 millions d'étoiles du Secours Catholique, en recensant le nombre de bougies vendues tout au long de la journée.

Dorothée, Jean-Luc Azoulay et Claude Berda formalisent le projet avec TF1 lors d’une réunion avec Étienne Mougeotte le 27 novembre. En parallèle, ils souhaitent écrire au CSA pour lui présenter le projet d’émission et son contenu, qui risque de sortir du cadre législatif concernant la publicité, le parrainage et les citations de marques. La production veut insister sur l’aspect caritatif, et demander une dérogation comme celle qu’observe le Téléthon sur France 2. Sur les recommandation de la chaîne, il est acté que seule une citation de la marque ou des jouets serait possible, pas de présence et pas de visuels.

Le retour du CSA intervient une quinzaine de jours avant la diffusion, et leurs recommandations sont claires et dans la même veine que celles de la chaîne : la distribution ne doit être opérée que par les associations, il n’est rien demandé aux téléspectateurs sinon de simples messages d’amitié et les jouets ne doivent pas apparaître à l’antenne.

Les questions de fabrication logistique commencent à être abordées début décembre : il faut déterminer sur quel plateau et dans quel décor la journée doit se dérouler. Un buffet devra être mis à disposition pour les multiples intervenants tout au long de la journée, de nombreuses chaises doivent être trouvées, cela sera pris en charge par TF1.

La première évocation du Noël de l'Amitié par les animateurs a lieu lors du direct du mercredi matin du 2 décembre et fait appel aux fabricants de jouets, pour récolter le plus grand nombre de cadeaux. L’équipe d’AB use ainsi de tous les moyens à sa disposition. Elle fait aussi fabriquer une bande-annonce d’appel aux dons des professionnels qui sera diffusée dans le Club Dorothée tout au long du mois de décembre, ainsi qu'un appel à acheter les bougies du Secours Catholique utilisant ainsi la puissance audimétrique de l’émission.

Par la chaîne Génération Club Do'

Et pour aller encore plus loin, les deux mercredis précédents le Noël de l’Amitié, les 9 et 16 décembre, la matinée du Club Dorothée est mise à profit. A chaque plateau les premiers donateurs connus sont cités et leur cadeaux neufs offerts sont ajoutés à un premier bilan provisoire.

Comme une répétition avant l’heure, les animateurs accueillent les patrons des entreprises donatrices par téléphone ou en direct  sur le plateau. Cette séquence est précédée d’un jingle sonore séparateur accompagné d’un bandeau Noël de l’Amitié à l’écran.

A la fin de la matinée du 09 décembre, déjà 17 420 cadeaux sont annoncés. Durant celle du 16 décembre, les animateurs, Patrick et Corbier en tête, n’hésiteront pas, étonnamment,  à invectiver les marques présentes dans les pages de pubs de l’émission, ou même l’actuel sponsor du programme “le vieil éléphant” de Mammouth. Situation assez inconcevable aujourd'hui...

En plus de son propre démarchage, l'équipe de production convainc le service sponsoring de TF1 Publicité et l’agence Carat TV de solliciter toutes les sociétés de leurs carnets d’adresses, et fait appel aussi aux relations de Claude Berda dans le monde du jouet.

 

Le 14 décembre est acté le contenu de l'émission : annonce des dons des fabricants de jouets, entretien avec les associations, lecture des messages du minitel par les vedettes AB et le suivi de l'opération 10 millions d'étoiles.

Il s’agit désormais de planifier les 10 plateaux de la journée avec les invités. La production sollicite l’Elysée afin de recevoir un message de la part de François Mitterrand, elle imagine également que l’Abbé Pierre pourrait être sensibilisé à  leur opération. Ce fut le cas, une équipe part à sa rencontre le 21 décembre pour lui faire enregistrer un message de soutien. Il est aussi prévu que le dernier plateau du matin sera consacré au Vaucluse, région touchée par les inondations et dans le courant de l’après-midi, une séquence On pense à toi pour les hôpitaux sera aussi réalisé. Enfin les vedettes AB pourraient elles aussi enregistrer le message “C’est le Noël de l’Amitié au Club Dorothée” qui servirait de jingle à l'émission.

Avant même que le Noël de l’Amitié ne démarre le jeudi 24 décembre, ce ne sont pas moins de 31 150 cadeaux qui ont déjà été récoltés. Naturellement, le jour J, l’équipe sait déjà quel sera le montant total des dons à la fin de la journée. Les contacts ont déjà été établis plusieurs jours auparavant. La dernière phase, le direct, sert à mettre en image pour le téléspectateur le travail effectué en amont par la production, et ainsi recevoir les donateurs qui bénéficient de fait d’une communication positive pour leur marque. Peu seront les entreprises qui se réveillent le jour même en voyant l'émission et le démarchage est la clé du succès de cet opération. Le direct, moment  le plus caractéristique de la télévision permet aussi l’interactivité, ici via le minitel, avec le jeune téléspectateur qui peut alors se sentir acteur de “la chaîne de l’amitié” chère à Dorothée et vivre un moment de partage. Et le direct, c'est aussi le grand saut dans l'inconnu...